Nous sommes le 24 Sep 2017, 05:21

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Règles du forum


Bienvenue sur les forums MagnetoSynergie ! Avant tout, lisez "Clés pour une bonne utilisation des forums". Utilisez le forum adapté à votre sujet. Si votre sujet n'existe pas, faîtes-en part à l'administration des forums. Cet espace de liberté vous est proposé pour vos échanges techniques, culturels et philosophiques. Cette liberté s'arrête là où cela commence à nuire à autrui. Elle s'accompagne donc du devoir de respecter les autres utilisateurs. La politique est proscrite des forums. La politique est proscrite des forums. La publicité est strictement interdite sur les forums. La non-observation de ces clauses impliquera le bannissement définitif de tous les forums, et cela sans préavis. Le français est une belle langue, ne la maltraitez pas. Correcteur de français - Conjugaison
Image



Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 104 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 11  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: projet de propulseur inertiel
MessagePosté: 08 Mai 2015, 16:59 
Hors ligne
Utilisateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2015, 22:13
Messages: 25
Localisation: Morbihan
Bonjour à toutes et à tous,

J'ouvre une discussion au sujet d'un système à propulsion inertielle auquel j'avais pensé il y a quelques années.
Ce système repose tout simplement sur la force centrifuge associée à une résonance mécanique, mais les essais ne se sont pas révélés concluants.

Image

Je reste à votre disposition pour toutes remarques, questions, critiques, que ce soit au niveau théorique ou au niveau du démonstrateur.
L'union faisant la force, peut-être l'un(e) d'entre vous trouvera pourquoi le système ne fonctionne pas et trouvera - pourquoi pas - une solution pour qu'il fonctionne.

Pour découvrir le montage, visitez :
http://www.magnetosynergie.com/Pages-Fr ... tielle.htm

Cordialement

René Ricouart


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 08 Mai 2015, 18:29 
Hors ligne
Utilisateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2014, 15:30
Messages: 386
Bonjour,une question a Mr Papyren dans quelle direction va la force du moteur inertiel ?.

cette force sera t'elle dans le sens ou vous ajouter une impulsion ?.

Et dans quelle mesure cette force est représenté, dans les forces en jeu du systéme, on peut imaginer que si mouvement dans l'espace il y a il faudrait le retrancher de l'énergie contenu dans la lame de ressort.

Je pense que le mouvement est possible avec votre idée, mais je pense que le rendement doit pas être trés bon, je veut dire j'imagine vouloir déplacer la lame souple, l'électroaimant, et les aimants, il va falloir une bonne impulsion quand même, et gare a la souplesse de la lame qui a une limitte .

Mais je pense qu'il y aurait propulsion oui, mais vous n'y êtes pas arriver ?

En tout cas merci du partage.

Cordialement.

_________________
==============<"comment combler le vide du silence éternel de ces espaces infinis ?.">==============
Citation d' Aléxandre Astier.


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 09 Mai 2015, 11:30 
Hors ligne
Utilisateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2015, 22:13
Messages: 25
Localisation: Morbihan
Bonjour Katagena,

La poussée est orientée dans le sens support lame --> bobine

Oui, en effet il y a sûrement des forces à retrancher si le système se déplace dans l'espace mais je ne vois pas comment poser les équations correspondantes. Intuitivement, je pense que l'oscillation de la lame devient paramétrique, mais cela reste à démonter.

Pour ce qui est du rendement c'est sûr qu'il ne doit pas être bon car le champ magnétique de la bobine ne se referme pas. Mais bon, pour l'instant il s'agit juste de savoir si le système fonctionne ou pas, et si non pourquoi.

A l'époque de la manipe, je me souviens que le système vibrait beaucoup, ce qui n'est pas étonnant. C'est peut-être la raison pour laquelle la balance n'a pas indiqué de poussée. En y repensant, il faudrait faire la manipe de mettre le système sur un petit chariot et de voir si celui-ci avance.

Cordialement

René Ricouart


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 20 Oct 2015, 22:24 
Hors ligne
Utilisateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Oct 2015, 22:00
Messages: 41
A l'attention de Papyren,

Je suis tout nouveau sur le site, mais j'ai un lourd passé de Physicien.
Depuis une vingtaine d'années que je suis à la retraite, je n'ai cessé de m'intéresser de très près à la contre gravitation ou même à la dé-gravitation ( Perte apparente de poids ) avec plus ou moins de succès. La propulsion inertielle rentre donc dans mes préoccupations ( Pour la raison bien simple que pour des véhicules terrestres ou aquatiques, il y a une réelle économie d'énergie, la résultante centrifuge qui est à la base de presque * tous les systèmes actuels se fabrique quasiment sans énergie, à part bien sur les inévitables frottements des différents mécanismes ). N'ayant pas envisagé de voyages extra-terrestres et préférant les croisières, je n'ai pas abordé le sujet.
Après pas mal d'essais ( Je n'utilise pas de balances, mais un petit charriot ou un petit bateau ** ), j'en ai conclu que le système inertiel doit être entièrement autonome et relié au véhicule, sans réaction d'axe autre que dans la direction et le sens de propulsion.
La plupart des systèmes actuels pèchent par excès de complication et ne tiennent pas compte des différentes réactions de composantes de forces bien réelles ( La force centrifuge est mathématiquement virtuelle bien que ses effets soient réels ). Les forces de rappel ( cas des balanciers, des systèmes à forces centrifuges différentielles, etc... ) ne doivent pas être reliées aux mécanismes et encore moins au véhicule. Ce qui laisse peu de chance d'y arriver. Cependant, il existe une force de rappel ( Et de motorisation ) qui est tellement présente qu'on n'y pense pas : La gravité ou du moins ses différentes projections. On utilise l'énergie potentielle de la gravitation grâce à une différence de niveau entre les différentes phases d'oscillation ou de rotation.
Dans cette optique, l'utilisation de la gravité s'avère le plus simple et le plus sûr des moyens. Les systèmes dans ce cas ne devront pas être horizontaux mais doivent présenter obligatoirement une inclinaison significative dans la direction et le sens du déplacement pour utiliser l'énergie potentielle due à une différence de niveau . Ne pas oublier qu'en vertu du principe de l'action/réaction une masse libre de son mouvement dans le système est un point "d'accroche" possible pour un rappel ou une translation, Ex: sur un plan incliné ( Notre plateau de véhicule ) vous remontez une masse ( sans trop de frottements ), cela aura pour effet de déplacer le véhicule dans le sens contraire à la remontée , donc le véhicule avance dans le bon sens!
Comme dans le cochon , tous les moyens sont bons, mais faut il bien les maîtriser.
Un autre exemple très proche de votre système ( où je dois vous féliciter, pour vos efforts de construction ): Visualisez, je vous prie, un tube en U à longues branches incliné ,mettons à 30 ° par rapport à l'horizontale et bien sûr monté sur un charriot. Introduisez une bille d'acier dans une des branches. Lâchez la bille, grâce à la gravité elle prend de la vitesse et quand elle aborde le demi cercle du U, la force centrifuge est à son max. et fait avancer le charriot, ensuite elle remonte un peu ( du moins, pas au même niveau ) dans l'autre branche et redescend et ainsi de suite jusqu'à l'arrêt, le charriot avançant à chaque fois, mais de moins en moins.
Pour entretenir le mouvement et le réguler, il faudrait un système qui finisse de monter la bille jusqu'au même niveau où elle a été larguée. On peut imaginer 2 électroaimants qui happent la bille à son maximum d'ascension pour l'amener à un niveau supérieur. Comme il a été dit plus haut, c'est bénéfice pour le système car par réaction le véhicule avancera encore un petit peu . Cela nécessite une électronique qui détecte la position de la bille et déclenche l'attraction de l'électroaimant puis de nouveau le largage de la bille ( s'inspirer des moteurs brushless pour la détection ).
Dans ce système, la bille met quelques dixièmes de seconde pour atteindre le point le plus bas. La fréquence d'oscillation est de quelques Hertz, le rayon est faible (~ 5 cm ) mais la vitesse acquise est de l'ordre du m/" et il y a une bonne amplitude d'oscillation donc un épanouissement de la largeur d'action de la force centrifuge; résultante ( projection ) de la Force centrifuge ( fonction de la masse inertielle de la bille) peut atteindre le Newton voire plus.
Ce système marche. Voyez de vous même à partir de ce montage ce que vous pourriez appliquer au votre.
Tenez nous au courant, il faut absolument sortir un bon démonstrateur. J'y travaille de mon côté mais avec 2 principes différents. Il est bon d'avoir plusieurs démonstrateurs qui marchent.
Vous aurez compris que mes observations n'ont qu'un but qui est de faire progresser le "chose" et n'ont rien "du haut de la chaire", aussi toutes mes amitiés et mes encouragements.
MARJAC

* Faire tourner une masse ne nécessite pas d'énergie pour l'entretien de la rotation ( à part les frottements de l'entraînement) . La seule grosse énergie à fournir est celle du démarrage que l'on récupère au freinage.
**Surtout pas de balances. Elles n'aiment pas les vibrations car ça fausse les mesures ( dépassement de la capacité, sensibilité dans le décor , détérioration des couteaux ou des capteurs ) Solutions: un bon charriot, un petit bateau dans la baignoire ou encore un trapèze suspendu au plafond.


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 20 Oct 2015, 22:41 
Hors ligne
Utilisateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mai 2014, 10:16
Messages: 260
Localisation: AIX EN PROVENCE
@ Marjac : La bille oscillante dans un tube , C'est le principe d'action du "pendulum drive" de Veljiko MILKOVIC, un plateau à quatre roues, un plan incliné et un pendule oscillant en // avec ce plan incliné, d'où léger mouvement vers l'avant (positif), non ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 21 Oct 2015, 09:21 
Hors ligne
Utilisateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Juin 2014, 18:46
Messages: 513
Bonjour a tous, en pratique l'énergie potentielle de la gravité ne permet pas un mouvement autonome ,elle fonctionne que dans un sens et de ce fait le mouvement ne peut pas continuer car la réinitialisation au point de départ ne peut pas se faire .il y a des pertes en frottements et pour revenir au point de départ il faudrait plus d'énergie qu'a l'aller ,on comprend que c'est pas possible. a+


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 21 Oct 2015, 18:19 
Hors ligne
Utilisateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2015, 22:13
Messages: 25
Localisation: Morbihan
Pour Marjac

Bonjour,

Si l'on met une bille dans un tube en U incliné, peut-être la force centrifuge intervient-elle, mais il n'y a pas qu'elle. Le tube étant en pente, la bille est à une hauteur H1. Lorsqu'elle est en bas du tube, elle est à une hauteur H2 plus faible. Il y a donc un travail produit une seule fois : W= (H1-H2)*m*g avec m = masse de la bille et g = accélération de la pesanteur.
Vous dites que vous avez "un lourd passé" de physicien. Selon vous, les calculs proposés sont-ils exacts ? Le calcul (s'il est juste) indique que la poussée est indépendante de la masse, ce qui n'est pas du tout intuitif.
C'est vrai qu'il faudrait que je fasse un essai avec un chariot monté sur roues ou avec un bateau dans la baignoire.

En tous cas, merci pour vos commentaires

Cordialement

Papyren


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 22 Oct 2015, 18:31 
Hors ligne
Utilisateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mai 2014, 10:16
Messages: 260
Localisation: AIX EN PROVENCE
Marjac a raison, il ne parle pas de mouvement sempre aeternum, il parle d'un mouvement "didactique" : Si on largue une bille dans un tube en U, légérement incliné , les extremités au même niveau, vers l'arrière, le mobile relié avance par réaction (s) (sur une courte distance), le temps que le mouvement se termine selon la physique classique, il n' a rien de plus, si vous alimentez par solenoide ce mouvement, en continu, vous obtenez un mobile (a faible rendement) l'action vers l'avant la réaction vers l'arrière, mais celle ci compensée par la pente du tube...C 'est une variante du mobile à pendule de MiLKOVIC, (charriot à roues plus pendule sur plan incliné) film visible sur youtube :geek: :mrgreen:


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 23 Oct 2015, 01:22 
Hors ligne
Utilisateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Oct 2015, 22:00
Messages: 41
Bonjour à tous,
Je vois que ça bouge pour le système inertiel.
Absolument, le système à bille est une déclinaison des systèmes à oscillations, comme par la suite ceux de Milkovic. Je voulais juste montrer qu'avec une bille, on pouvait simuler ( Bien que ce montage existe depuis quelques décennies, je l'ai vu fonctionner au CNAM ) des oscillations produisant , puisqu'il y a variation de trajectoire, une résultante centrifuge. Il est vrai que les remontées de la bille étaient beaucoup plus limitées que celles d'un pendule : c'est que la bille frotte tout le long de son parcourt et se ralentit, alors que le pendule possède un axe de rotation assez loin de la masse opérante et que si la conception est de bonne bonne qualité ( roulements/douille à billes par ex. ) cela minimise les frictions. Par contre, le système à bille a un gros avantage c'est de pouvoir larguer d'assez haut la bille (plus grande énergie potentielle, mais surtout plus grande vitesse acquise ) et que la courbe décrite dans le bas peut être une cycloïde au lieu d'un demi cercle. Cela permet à la bille de garder une pression constante sur les glissières, sans pour autant patiner, car il peut y avoir risque de choc.
On peut réinitialiser le mouvement comme dito. La "consommation" d'énergie, à un facteur près des 2 électroaimants sera celle du travail effectué à aider à remonter la bille des quelques cm qui lui manquent pour atteindre la hauteur de départ initiale et ce à chaque demi élancements. On entretient un mouvement de balançoire. Donc assez peu d'énergie dépensée, on en conviendra. La traction est la résultante dans la direction et le sens de la marche du véhicule de l'intégration de la force centrifuge entre les 2 extrémités de la courbe basse ( X par le cos de l'angle du charriot avec l'horizontale ).
On pourrait se contenter d'une bille larguée en ligne droite, sous le même angle, mais là se pose le problème de la qualité du choc ( mou à dur ). C'est le transfert de la quantité de mouvement qui est en jeu car il ne faut pas de rebonds. L'énergie à dépenser à chaque chocs ( à un facteur près ) est équivalente à celle qu'il faut pour remonter la bille au point de largage. C'est totalement différent et la consommation d'énergie est à priori bien plus grande, car on utilise toute la gravité. Une fois en bas, il faut remonter. Tandis que dans le 1er cas la gravité ne sert qu'a acquérir une vitesse qui permet à la bille ( au pendule également ) dans la courbe décrite de "fabriquer" de la force centrifuge. Comme la force centrifuge, c'est gratuit, on voit immédiatement le bénéfice.
Cependant, il y a des limites, c'est que le véhicule se déplace, il est vrai avec du retard et que les vitesses atteintes soient affectées par ce mouvement et que de ce fait il y ait déplacement des référentiels. C'est jamais bon, à voir..!
Dans le cas d'un véhicule terrestre , de tels systèmes montés en parallèle permettraient une autonomie fantastique pour une dépense d'énergie ridicule. On rétorquera que cette motorisation est totalement liée à la gravitation . On peut cependant y remédier en créant par rotation une gravité interne artificielle nettement supérieure à celle que l'on connait. Je n'ai pas fait de calculs, mais les énergies potentielles étant fonction de G, à priori ?
Pour revenir à la conception générale de tous les systèmes, j'ai écris qu'ils devaient être autonomes . je voulais dire par là que ce qui se passait dans le mécanisme devait lui être interne, c'est à dire générer ses propres mouvements sans interférer avec l'extérieur ( vibrations, rappels de forces, réaction d'axe etc...) . J'avais également écrit en gros qu'ils péchaient par la complication. Les contraintes mécaniques si l'on pousse les fréquences de rotation ou d'oscillations deviennent rapidement énormes et plus se sera compliqué...!.
Donc il faut faire simple et garder en mémoire que la gravité est le meilleur des rappels ( Pas de point d'appui ) et que les oscillations et les rotations quand elles peuvent générer de la bonne force centrifuge dans la bonne direction, c'est tout bon.
Dans cet état d'esprit, un petit moteur électrique muni d'un balourd monté court et perpendiculairement à un axe (un peu penché vis à vis de la verticale dans la direction du mouvement voulu) constitue le mécanisme. Le moteur sous l'influence du balourd oscille et l'ensemble se comporte comme un pendule. D'autres forces sont à l'oeuvre mais la traction ( encore faible ) est au R.V. On aura remarqué que l'on peut utiliser le même charriot avec son plateau penché vers l'avant ce qui sert de rappel au moteur.
D'autres systèmes , toujours avec les mêmes contraintes exposées ci dessus existent malgré leur simplicité:
Prenez une roue avec un bandage souple ( Silicone souple que l'on peut mouler ). Si d'un côté ( 1/2 cercle par ex.) , le bandage est maintenu sur la jante ( contre roulettes ) et de l'autre côté on le laisse libre, par la rotation donc la force centrifuge il va rapidement s'allonger et tourner avec un rayon plus grand ( M\, R/, V// ) le bilan est quand même positif et on a bien une légère traction sans grosses vibrations car c'est uniquement le bandage qui travaille et ce sans effets notables sur le système C.Q.F.D. On peut imaginer des montages encore plus "sioux" dans la même veine.
Maintenant, il y a mieux, c'est quand il peut y avoir sous l'action de certains facteurs (Pulses électriques de fort ampérage ) des pertes apparentes de poids et comme parait il les masses graves seraient équivalentes aux masses inertes ( ce que je doute , car j'ai constaté des différences ), on peut envisager des montages inertiels différentiels. C'est une partie de mon travail actuel avec les systèmes oscillants, mais ceci est une autre histoire ( ça fait des années et c'est pas fini ).
Chers tous, mes amitiés,
MARJAC


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 23 Oct 2015, 10:06 
Hors ligne
Utilisateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Juin 2014, 18:46
Messages: 513
Bonjour a tous,j 'essaye de comprendre,dans le cas de la roulette avec le bandage donc un coté est collé sur la jante et l'autre non ,si on fait tourner l'ensemble le côté libre va s 'écarter de la jante ,pour moi il n'y a pas d'avantage, pour la même énergie la vitesse de rotation va diminuer ,mais surtout il va se produire un balourd qui va intervenir négativement sur les axes de rotation .pour moi la force centrifuge n'est pas récupérable car pour la maintenir il faut de l'énergie et cette énergie est perdue tant on fait tourner l'objet, le temps intervient dans l'observation .a+


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 104 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 11  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
cron
POWERED_BY
Traduction par: phpBB-fr.com