Nous sommes le 20 Aoû 2019, 05:45

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Règles du forum


Bienvenue sur les forums MagnetoSynergie ! Avant tout, lisez "Clés pour une bonne utilisation des forums". Utilisez le forum adapté à votre sujet. Si votre sujet n'existe pas, faîtes-en part à l'administration des forums. Cet espace de liberté vous est proposé pour vos échanges techniques, culturels et philosophiques. Cette liberté s'arrête là où cela commence à nuire à autrui. Elle s'accompagne donc du devoir de respecter les autres utilisateurs. Les attaques personnelles et les querelles d'ego ne sont pas tolérées. La politique est proscrite des forums. La publicité est strictement interdite sur les forums. La non-observation de ces clauses impliquera le bannissement définitif de tous les forums, et cela sans préavis. Le français est une belle langue, ne la maltraitez pas. Correcteur de français - Conjugaison
Image



Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 messages ] 
Auteur Message
MessagePosté: 27 Fév 2017, 21:18 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Déc 2010, 16:29
Messages: 497
Localisation: The Lost Gardens of Apollo
INTRODUCTION

La mécanique quantique prévoit l'existence de ce que l'on nomme communément les énergies du "point zéro". Pour les interactions fortes, faibles, et électromagnétiques, le terme "point zéro" se rapporte à l'énergie d'un système à la température de 0 K, ou à la plus basse énergie quantifiée d'un système mécanique quantique. Bien que le terme "énergie du point zéro" s'applique à chacune des trois interactions dans la nature, en général (et ci dessous dans l'article), il n'est utilisé que dans le cas de la force électromagnétique.

Pour la physique quantique conventionnelle, l'origine de l'énergie du point zéro se trouve dans le principe d'incertitude de Heisenberg. Ce principe dit que plus on mesure la position d'une particule (comme un électron) avec précision, moins la mesure de sa quantité de mouvement (masse X vitesse) peut être exacte, et vice versa. L'incertitude minimum du produit de la position et de la quantité de mouvement est déterminée par la constante de Planck, h. Une incertitude analogue existe entre les mesures impliquant le temps et l'énergie (et d'autres mesures également, appelées variables conjuguées en mécanique quantique). Cette incertitude minimum n'est pas due à un quelconque défaut corrigeable dans les mesures, mais elle est le reflet d'une caractéristique intrinsèque de la nature fondamentale de l'énergie et de la matière, émergeant de la nature ondulatoire de tous les champs quantiques. Ceci nous mène à l'idée d'énergie du point zéro.

L'énergie du point zéro est l'énergie qui subsiste lorsque toute autre forme d'énergie a été enlevée. Ce comportement est observé, par exemple, pour l'hélium liquide. Quand la température baisse jusqu'au zéro absolu, l'hélium se transforme en liquide au lieu de se solidifier, grâce à l'énergie du point zéro de ses mouvements atomiques (augmenter la pression jusqu'à 25 atmosphères le solidifiera).

Un oscillateur harmonique est un outil conceptuel utile en physique. Un oscillateur harmonique classique, comme une masse attachée à un ressort, peut toujours être amené au repos. Alors qu'un oscillateur harmonique quantique ne le permet pas. Un mouvement résiduel apparaitra toujours à cause des impératifs du principe d'incertitude de Heisenberg, donnant une énergie du point zéro, égal à ½ hf au minimum, avec f la fréquence d'oscillation.

Les rayonnements électromagnétiques peuvent être vus comme des vagues traversant l'espace à la vitesse de la lumière. Ces vagues ne sont pas des vagues de quoique ce soit de matériel, mais sont les rides d'un champ défini préalablement. Chaque vaque représente un "mode de propagation du champ électromagnétique".

Chaque mode est équivalent à un oscillateur harmonique et est donc soumis au principe d'incertitude de Heisenberg. De cette analogie, on tire que chaque mode de ce champ doit valoir ½ hf à son niveau d'énergie minimum moyen. C'est une quantité minuscule d'énergie pour chacun des modes, mais le nombre de modes est énorme, et il s'accroit comme le carré de la fréquence, par unité d'intervalle de fréquence. La densité d'énergie spectrale est déterminée par la densité de modes multipliée par l'énergie par mode, et donc augmente comme le cube de la fréquence par unité de fréquence, et par unité de volume. Le produit de cette minuscule énergie par mode et de l'énorme densité spatiale de modes, donne une densité théorique d'énergie du point zéro par centimètre cube très élevée.

A partir de ce type de raisonnement, la physique quantique prédit que la totalité de l'espace doit être rempli de fluctuations électromagnétiques du point zéro, (également nommées « champ du point zéro ») créant un océan d'énergie du point zéro omniprésent. La densité de cette énergie dépend fortement de la fréquence à laquelle les fluctuations cessent. Etant donné que l'espace lui-même est censé se déstructurer en une sorte d'écume quantique à une échelle minuscule, nommée l'échelle de Planck (10-33 cm), on pense que les fluctuations doivent s'arrêter à la fréquence de Planck correspondante (1043 Hz). Si c'est le cas, la densité d'énergie du point zéro devrait être de l'ordre de 110 fois plus importante que l'énergie qui rayonne au centre du soleil.

Comment une quantité d'énergie si gigantesque peut elle passer inaperçue? Il existe une différence majeure entre les radiations électromagnétiques du point zéro, et les radiations électromagnétiques ordinaires. Si l'on se réfère de nouveau au principe d'incertitude de Heisenberg, on trouve que la durée de vie d'un photon donné, vu comme une onde, correspond à une distance parcourue en moyenne par seulement une fraction de sa longueur d'onde. Un tel "fragment" de vague est quelquechose qui différe d'une onde plane ordinaire, et il est difficile de savoir comment l'interpréter.
D'un autre côté, Koch, van Harlingen and Clarke ont directement identifié le bruit de courant dans une jonction Josephson court circuitée à l'énergie du point zéro, jusqu'à une fréquence d'environ 0.6 THz (voir le résumé, anglais).


INVARIANCE DE LORENTZ DU SPECTRE

Que le spectre des radiations du point zéro dépende du cube de la fréquence est lourd de conséquences. C'est la seule sorte de spectre qui a la propriété de rester invariante par transformation de Lorentz. L'effet d'un mouvement est de décaler la fréquence des radiations détectées, par effet Doppler, mais un spectre dépendant du cube de la fréquence voit ses décalages avant et arrière exactement compensés, c'est à dire qu'il y a autant de radiations décalées vers un intervalle de fréquences que de radiations qui sortent de cet intervalle lors d'un déplacement uniforme.

Un phénomène remarquablement différent apparaît quand il se produit une accélération au milieu des radiations du point zéro. Les radiations du point zéro agissent sur un détecteur accéléré comme si le détecteur était immergé dans un spectre thermique, même si la chaleur et la température ne sont pas impliquées. La "température" perçue est directement proportionnelle à l'accélération.


L'EFFET CASIMIR

En 1947 Hendrik Casimir, qui fut assistant de Pauli, travaillait dans la recherche appliquée industrielle au laboratoire Philips en Hollande en collaboration avec J.T.G. Overbeek. Ils analysaient la théorie des forces de van der Waals lorsque Casimir eut l'opportunité d'échanger des idées avec Niels Bohr. D'après Casimir, Bohr marmonna "quelque chose qui se rapportait à l'énergie du point zéro". Ceci mena Casimir à une analyse des effets de l'énergie du point zéro, dans le problème des forces entre des plaques parallèles parfaitement conductrices.

La cavité entre de telles plaques ne peut pas supporter tous les modes du champ électromagnétique. En particulier les longueurs d'onde supérieures ou égales à la distance séparant les deux plaques sont exclues de la cavité. Ce phénomène conduit à une situation où une pression de radiation sur l'extérieur des plaques les force à se rejoindre. Ceci peut être vu comme une pression de radiation classique, (par exemple, la pression de radiation du soleil sur une comète vaporise le noyau en créant une queue). L'effet résultant se nomme la force de Casimir. Elle a la propriété de s'intensifier proportionnellement à l'inverse de la distance entre les plaques, à la puissance 4. La force s'arrête lorsque les éléments des plaques se touchent, le lissage des plaques étant un facteur limitant, ou lorsque les plaques sont si proches que les longueurs d'onde des radiations du point zéro correspondantes ne "voient" plus une surface parfaitement conductrice. La nature discontinue des plaques devient un facteur important pour les courtes distances.

La force de Casimir n'a pas été mesurée précisément jusqu'au milieu des années 1990, où les mesures de S. Lamoreux, à l'université de Washington vérifièrent les prédictions de Casimir à 5% à une échelle de quelques microns. Depuis elle a été vérifiée plus précisément, par U. Mohideen à l'université de Californie à Riverside, toujours en accord avec la formule de Casimir. De plus La force de Casimir (également nommée effet Casimir) est devenue évidente dans les micro-structures électro-mécaniques dans lesquels elle est à la fois un problème et un mécanisme possible de contrôle.
La force de Casimir est souvent citée comme une preuve qu'une véritable mer d'énergie du point zéro imprègne l'univers. Cet argument vient de l'analyse et de la prédiction de Casimir. En réalité, ce n'est pas forcément vrai. Il est tout à fait possible d'expliquer l'effet Casimir en tenant compte des mouvements d'atomes induits quantiquement dans chaque plaque et en examinant les interactions des potentiels retardés des atomes d'une plaque avec ceux de l'autre.


UNE EXPERIENCE DE PENSEE DE ROBERT FORWARD

L'intérêt grandit quand on considère la possibilité d'extraire l'énergie du point zéro. Beaucoup de déclarations revendiquant des "machines surunitaires" sont apparues (gadgets produisant une énergie plus importante que celle consommée), celles-ci étant actionnées par l'énergie du point zéro. Malgré la nature douteuse de ces affirmations (jusqu'à présent aucun de ces engins n'a passé de tests rigoureux et objectifs), l'idée de convertir une quantité d'énergie du point zéro en énergie utilisable ne peut pas, en principe, être rejetée. L'énergie du point zéro n'est pas une réserve thermique, et par conséquent ne souffre pas de la contrainte interdisant d'extraire de l'énergie d'une réserve de température plus froide.

En 1993 Cole et Puthoff publièrent une analyse thermodynamique, ''Extracting energy and heat from the vacuum'', ("extraction d'énergie et de chaleur à partir du vide", voir ci-dessous), dans lequel ils conclurent qu' "extraire de l'énergie et de la chaleur à partir des radiations électromagnétiques du point zéro par le biais de la force de Casimir" est en principe possible, sans violer les lois de la thermodynamique.

Une expérience imaginaire d'un dispositif qui démontre facilement la façon dont la force de Casimir peut être utilisée en principe a été proposée par le physicien Robert Forward en 1984 (voir plus bas). Une "batterie à fluctuations du vide" se résumant à des plaques conductrices accolées pourrait être fabriquée. Appliquer la même charge à toutes les plaques produirait une force répulsive entre les plaques, s'opposant par conséquent à la force de Casimir qui pousse les plaques les unes aux autres. Ajuster la force électrostatique de manière à permettre à la force de Casimir de dominer reviendrait à ajouter de l'énergie au champ électrique entre les plaques, convertissant donc de l'énergie du point zéro en énergie électrique.

On peut imaginer un dispositif microscopique encore plus simple dans lequel la force de Casimir pousse deux plaques l'une contre l'autre, entrainant une sorte de levier qui fonctionnerait.
Il n'existe aucune application pratique dans ces exemples puisque idéalement cela coûterait exactement l'énergie nécessaire, et en pratique plus d'énergie imputable aux frictions et autres pertes, pour séparer les plaques en vue d'un second cycle. Quoiqu'il en soit, ceci démontrerait le principe de conversion de l'énergie du point zéro, si l'attribution de cette énergie à l'effet Casimir est correcte, ce qui peut se débattre.


ENERGIE SOMBRE

Une avancée majeure de l'astrophysique de la fin des années 1990 fut la découverte, à partir d'observations du décalage vers le rouge (redshift) du spectre d'une classe de supernovae Ia, que l'expansion de l'univers s'accélérait. Ceci conduisit au concept d'énergie noire, qui est en réalité une résurrection de la constante cosmologique d'Einstein. L'univers semble dorénavant apparaître composé d'environ 70% d'énergie noire, 25% de matière noire et 5% de matière ordinaire. L'énergie du point zéro a les propriétés désirées pour fournir une expansion accélérée, et donc les propriétés voulues de l'énergie noire, mais à une échelle absurdement trop grande, c'est à dire de l'ordre de 120 fois plus importante.

D'après la théorie de la relativité, l'énergie est équivalente à la masse en tant que source de gravité, donc l'énergie du point zéro devrait avoir une masse, ce qui signifie d'après la relativité, produire une courbure positive à l'espace temps. A première vue, on devrait supposer que s'il y avait une énorme quantité d'énergie du point zéro imprégnant l'univers, son influence devrait être de courber l'univers jusqu'à une taille minuscule. En fait, si le spectre de l'énergie du point zéro s'applique à l'échelle de Planck, sa densité d'énergie aurait une densité de masse équivalente à environ 1093grammes par centimètre cube, ce qui réduirait l'univers à une taille inférieure à celle d'un noyau atomique.

L'énergie du point zéro se comporte différemment. Pour les radiations ordinaires, le taux de pression par densité d'énergie vaut w=1/3c2, ce qu'on exprime usuellement avec des unités où c=1, et donc le taux s'exprime selon w=+1/3. Mais pour l'énergie du point zéro, ce taux vaut w=-1. Ceci est dû aux circonstances dans lesquelles la densité d'énergie du point zéro est supposée être constante: peu importe de combien l'univers s'étend, elle ne se dilue pas, mais au contraire plus d'énergie du point zéro est supposée se créer à partir de rien.
Une autre particularité est qu'un taux de w=-1 implique que l'énergie du point zéro exerce une pression négative qui mène de manière contre-intuitive à une expansion de l'espace temps.

Donc l'énergie du point zéro devrait apparaître comme étant identique à la mystérieuse énergie sombre, mais par malchance si l'énergie du spectre continue à augmenter jusqu'à la fréquence de Planck, il doit y avoir 120 fois plus d'énergie par centimètre cube que les observations de l'accélération cosmique ne le permettent. En fait ce montant d'énergie du point zéro, interprétée de cette façon, devrait accélérer l'univers jusqu'au néant en quelques microsecondes.

De récents travaux de Christian Beck à l'université de Londres et Michael Mackey à l'Université McGill pourrait avoir résolu le problème des 120 ordres de grandeur. Dans ce cas, l'énergie sombre n'est rien d'autre que l'énergie du point zéro. Dans Measureability of vacuum fluctuations and dark energy et Electromagnetic dark energy, ils proposent qu'une transition de phase survient et donc que les photons du point zéro d'une fréquence inférieure à 1.7 THz ont une influence gravitationelle tandis que ceux d'une fréquence supérieure n'en ont pas. Si cela s'avère vrai, alors le problème de l'énergie sombre est résolu: l'énergie sombre est la composante de l'énergie du point zéro de basses fréquences active gravitationellement.

Les photons du point zéro continuent d'exister au delà de la transition de phase s'opérant à 1.7THz, en conformité avec les effets mesurables de l'électrodynamique quantique tels que l'effet Casimir, le décalage de Lamb etc. La transition de phase proposée devrait être expérimentable dans un proche avenir lorsque l'expérience de Koch et al sera étendu de 0.6 THz à la fréquence maximum proposé (1.7 THz).


Source et article complet

_________________
Mercuriel Jewell - http://www.magnetosynergie.com


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 27 Fév 2017, 22:40 
Hors ligne
Utilisateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2014, 15:30
Messages: 486
Bonjour.
On ne connaît que 5% de l'univers il paraît, la matière ordinaire, oui.

l'énergie du point zéro existe bien, mais pour arriver au point zéro, c'est une autre paire de manches.
Il y a c'est vrai des états quantiques comme la superfluidité, la supra conductivité, qui se manifeste quand tout est calme.

Mais cette fameuse énergie on ne sait absolument pas l'extraire, et pire que tout, pour que miss énergie du point zéro pointe le bout de son nez, il faut dépenser beaucoup d'énergie.

Cependant il existe peut-être, certains états quantique à découvrir, comme pourquoi pas un matériau ultra rebondissant ;).
Le fait est que tout cela pourrait exister, mais pour réaliser un tel matériau ou extraire l'énergie du point zéro, il faudrait pouvoir modifier la matière/espace temps existant avec une maitrise parfaite (genre chaque atome/particules) ce qui est impossible soyons réalistes.
Bien qu'avec du graphéne on sait mettre au garde-à-vous quelques atomes, il y a peu d'espoir...

Et donc extraire cette énergie du point zéro, ce n'est pas pour demain ou en tout cas pas dans un proche avenir.

Pour la matière noire et l'énergie noire, les physiciens gardent à l'esprit que c'est peut-être tout simplement la relativité générale qui n'est pas juste ou incomplete.

Ses deux indices pourraient être n'importe quoi.

La matière noire n'a jamais été observée qu'indirectement, mais les calculs sont formels et colle avec l'observation de l'accélération de certains systèmes d'étoiles, elle est donc bien réelle ou tout au moins possède une masse.
Pour l'énergie noire, c'est en effet une sorte de "lien" qui semble être présent partout.
le vide complet, sans énergie, le néant, n'existe pas.

Mais s'il devait exister, quelle différence de potentiel terrible, entre le néant, et le tout, vous ne croyez pas ...

Bah je m'égare là, on peut imaginer beaucoup de scénario.
C'est beau de rêver. :lol: :lol: :lol:

Cordialement.

_________________
==============<"comment combler le vide du silence éternel de ces espaces infinis ?.">==============
Citation d' Aléxandre Astier.


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 28 Fév 2017, 02:20 
Hors ligne
Utilisateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Jan 2017, 15:15
Messages: 206
Bonjour tout le monde,

katagena a écrit:
Et donc extraire cette énergie du point zéro, ce n'est pas pour demain ou en tout cas pas dans un proche avenir.

Ben ! ça me gêne quand même un peu ! Moi qui voulait intervenir prochainement pour expliquer ce point zéro électromagnétique de manière simple, je dois ou pas ? Houlala ! Serait-ce juste un rêve éveillé que je fais, oui c'est beau de rêver, mais merci de me prévenir katagena ! Il faut que je réfléchisse à la question devant cette affirmation si je ne veux pas paraitre trop ridicule… Pourquoi contrarier, finalement à bien y réfléchir Je ne suis, c’est vrai, qu’un autodidacte bien incapable de faire une équation mathématique de ce que j’avance ici pour le prouver… Sinon que par l’expérience radiesthésique. Peu crédible quoi !

Comment! ça ne tue pas le ridicule… C’est vrai, mais j’aimerai tout de même avant, connaitre les sources de cette certitude de notre incapacité à déceler, à exploiter ce point zéro que je crois faire depuis des années maintenant. C’est un minimum, non !

Non mais moi je dis ça, parce que je ne suis pas pressé non plus, je n’ai rien à prouver et personne à convaincre, pourquoi forcer, j’ai tout mon temps. Et même je dirais, ça me donne du temps…

Néanmoins je reste optimiste pour réduire cette sous-unité et atteindre ce point zéro. Ce que je souhaite à toutes les personnes qui y croiront, et cela dans un avenir le plus proche possible.

Cordialement,

_________________

« Quand tu auras compris l'ensemble, alors tu comprendras les parties. Donc commence par comprendre l'ensemble. »

« La réalité des choses que l’on observe se trouvent dans les interactions et non pas dans les objets » Pr. Marc Henry.


Dernière édition par Magnelem le 02 Mar 2017, 11:29, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 28 Fév 2017, 10:20 
Hors ligne
Utilisateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Avr 2016, 10:09
Messages: 664
Bonjour Magnelem,

Si tu as un point de vue sur le point zéro, n'hésite pas à le partager. Même si ce n'est pas la bonne explication ou que celle-ci est incomplète, c'est toujours intéressant parce que ça nous amène à réfléchir et à force de tourner autour du pot un jour ou l'autre qui sait ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 28 Fév 2017, 13:41 
Hors ligne
Utilisateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2014, 15:30
Messages: 486
Bonjour, oui tu peux expliquer ton point de vue et si tu as une expérience pour aller avec c'est encore mieux !.
J'ai fait un peu d'humour, il n'est pas encore possible d'extraire l'énergie du point zéro, mais ça ne veut pas dire que ton ressenti et tes explications ne valent rien, il faut parfois oser parler pour se faire entendre.

Ce que je souhaitais souligner, c'est que pour titiller le point zéro il faudrait déjà supprimer toutes les radiations, et parasite thermique ou autres, puis s'approcher du zéro absolu ou pourquoi pas d'un autre État quantique, ce qui ne peut être fait par de simples chercheurs amateurs de mon genre, mais qui sait, il existe peut-être un autre moyen d'y parvenir.

Dans tous les cas il reste des choses à découvrir je suis bien d'accord.

Cordialement.

_________________
==============<"comment combler le vide du silence éternel de ces espaces infinis ?.">==============
Citation d' Aléxandre Astier.


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 03 Mar 2017, 23:39 
Hors ligne
Utilisateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Jan 2017, 15:15
Messages: 206
Bonsoir à tous,

Merci pour vos encouragements,
J’ai bien avancé sur ce sujet…

Citation:
L'énergie du point zéro est l'énergie qui subsiste lorsque toute autre forme d'énergie a été enlevée.

Mon expérience me démontre que l’énergie a été modifiée, mais pas enlevée ! Sinon il n’y aurait plus rien après! Ou avant d'ailleurs, car lequel engendre l'autre ???

@+

_________________

« Quand tu auras compris l'ensemble, alors tu comprendras les parties. Donc commence par comprendre l'ensemble. »

« La réalité des choses que l’on observe se trouvent dans les interactions et non pas dans les objets » Pr. Marc Henry.


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
cron
POWERED_BY
Traduction par: phpBB-fr.com